Favoriser la guérison après une immobilisation


En 2014, une équipe de l'Ohio Musculosketal and Neurological Institute* a mis en évidence la puissance de l'esprit concernant la force ou la faiblesse des muscles.


La force du muscle est liée au fonctionnement du cortex moteur primaire.

Ils ont ainsi démontré que la force d'un muscle est dépendante du fonctionnement du cortex moteur primaire (force, activation et période d'inhibition).


Leur étude à consisté à immobiliser dans un plâtre le poignet d'un groupe de volontaires pendant 4 semaines. Un groupe de contrôle participait également à l'étude.


L'équipe a mesuré la force de flexion du poignet, avant, juste après l'immobilisation, et une semaine après l'immobilisation.


La moitié du groupe immobilisé a suivi 5 fois par semaine des sessions de visualisation guidée de forte contraction des muscles.


Les mesures effectuées ont révélé que les personnes immobilisées de l'autre moitié du groupe ont perdu 45% de leur force, 23% de leur capacité d'activation, et augmenté de 13,5% la période de silence (période pendant laquelle une inhibition du mouvement est crée par le cortex).


La visualisation guidée influe les résultats de plus de 50%

Elles ont aussi révélé que les personnes qui ont suivi la visualisation guidée n'ont perdu que 22% de leur force, 12% de le capacité d'activation, et ont éliminé la prolongation de la période de silence.


Cela met en évidence que suivre un programme de visualisation guidée lors d'une immobilisation forcée est pertinent pour éviter la perte de force et la dégradation neuronale induites par l'immobilisation, accélérant ainsi le temps nécessaire à la rééducation.


C'est à cela que participent les fichiers d'auto-hypnose Mind Gym.


* Brian C. Clark, N.K. Mahato, M. Nakazawa, T.D. Law, J. S. Thomas, 15 déc 2014, Journal of Neurophysiology

8 vues