Bon à savoir pour maigrir

Mis à jour : 6 avr. 2019

Vous êtes en surpoids ?


Et vous avez peur de ne pas réussir à maigrir ?


Chaque régime que vous entreprenez aboutit généralement au résultat inverse de celui recherché, et cela vous met en colère contre vous-même... Vous ne pouvez plus goûter librement au bonheur.


Je comprends cela, et vous êtes loin d'être le(la) seul(e) à éprouver ces sentiments.


Les effets de la nourriture

C'est pourquoi je vous ai préparé cette information, bonne à savoir quand on se préoccupe de ce qu'on mange.




Les composants de la nourriture dans le cerveau

Tout d'abord, parlons du cerveau. De quoi est-il constitué ?


Son premier constituant est de la graisse (oméga3,6). Il y a ensuite, très loin derrière, des acides aminés, des protéines, des micronutriments et enfin du glucose.


Les graisses sont indispensables pour la fabrication et le maintien des membranes cellulaires.


Les protéines et les acides aminés ont un rôle sur la croissance et le développement, et sont responsables de ce que que nous ressentons et de nos comportements. Les acides aminés ont un rôle clé sur l'humeur, le sommeil, l'attention, le poids, car ils servent à produire les neurotransmetteurs.


Les glucoses sont le carburant du cerveau. Ils servent à la transformation et à l'utilisation de tous les composants. Le cerveau consomme à lui seul 20% des apports énergétiques.


Enfin, les micronutriments sont des anti-oxydants contenus dans les fruits et les légumes. Ils combattent les radicaux libres qui sont responsables de la destruction des cellules. Ils agissent contre le déclin mental, les maladies du cerveau.


Tous les composants de la nourriture stimulent nos cellules nerveuses pour générer les neurotransmetteurs. Il y en a 60 types différents.


Citons la dopamine, neurotransmetteur du plaisir, la sérotonine, hormone du bonheur, et neurotransmetteur de la digestion, de la régulation thermique, la noradrénaline, hormone du stress et neurotransmetteur de la réponse au stress, l'histamine, neurotransmetteur des réactions allergique, chargé d'éliminer l'allergie. L'histamine favorise l'immunologie, et lance le processus de guérison... Il y a bien d'autres neurotransmetteurs...


Les cellules du cerveau ne peuvent accueillir que peu d'acides aminés (composants des neurotransmetteurs). Il est donc nécessaire d'absorber une grande variété de nourritures pour permettre une combinaison équilibrée dans les cellules du cerveau. Cet équilibre est si délicat que le changement du fonctionnement mental est le premier signe d'un déficit de nutriments.


Les effets du sucre

Il y a trois types d'hydrates de carbone : l'amidon, les sucres, et les fibres.


Les sucres rapides provoquent des hauts et des bas dans la glycémie (teneur en sucre du sang), ce qui a un effet sur l'attention et sur l'humeur. Les sucres lents permettent une meilleure stabilité de nos niveaux de sucre dans le sang, d'où une attention mieux régulée, et une humeur plus stable.


Tous les sucres, selon leur composition, auront des appellations très diverses : glucose, fructose, lactose, maltose, dextrose, sucre, miel, amidons, céréales, fibres... Ils sont présents dans toutes les nourritures, et les aliments industriels contiennent surtout des sucres rapides.


Le système de récompense du cerveau

Sur la langue

Le sucre active les récepteurs du goût sucré, et le signal monte dans le cerveau. Il génère la reconnaissance du goût sucré, et active le système de récompense.


Il y a des nourritures comme les légumes qui stimulent la dopamine, même si dans ces aliments le sucre est rare.


Ce système de récompense a plusieurs finalités. La première c'est : Faut-il recommencer cela ?


C'est la même chose qui se passe pour la socialisation, le plaisir sexuel, les drogues, etc. Une hyper-activation du système de récompense aboutit à une perte de contrôle, à des envies, et à une accoutumance.


Dans les intestins

Il y a dans les intestins des récepteurs dédiés qui transmettent au cerveau des informations : "j'ai assez mangé", "j'ai besoin d'insuline".


Le système de récompense du sucre, associé au plaisir, nécessite la production de dopamine. Il en est de même pour les drogues comme l'alcool, la nicotine, l'héroïne, etc. A force de mettre la dopamine en surproduction, plusieurs phénomènes se passent : recherche constante de plaisir (addiction), affaiblissement de la capacité de production de la dopamine, entraînant une augmentation de la consommation.


Le régime alimentaire

Un régime alimentaire équilibré et varié est donc nécessaire pour apporter toutes les qualités de composants et de nutriments dont le cerveau a besoin (et le corps aussi) pour fonctionner correctement.


Manger toujours le même type de nourriture va provoquer une accoutumance et une baisse du niveau de dopamine secrété par ces aliments. Et le corps s'adapte à la pauvreté alimentaire et amène à consommer plus pour avoir sa dose de l'ensemble des nutriments.


Une nourriture riche en sucres plutôt qu'une nourriture équilibrée va aboutir à des addictions, et une réponse en dopamine permanente. Le sucre est similaire aux drogues. Chaque type de sucre provoque son effet domino dans le cerveau. Attention aux effets de manque !


Vous qui luttez pour maîtriser votre poids, inscrivez-vous et retrouvez-nos conseils et nos vidéos en direct sur le groupe Facebook "Maigrir avec Hypnoslimmer France". Vous y profiterez de nos astuces pour retrouver sainement un bon rapport avec la nourriture.

Eric Beaufils-Piraud | Eric Hypno Solutions

+34 651 963 118

  • Instagram Social Icon
  • Facebook Social Icon

© 2017-2020 by Eric Hypno Solutions